rapport-annuel-2017

Rapport annuel 2017

Année fertile pour les Sages-femmes

L’année 2017 des sages-femmes a été placée sous le signe de la fertilité – celle de la filière. L’un des événements majeurs a été la mise en œuvre du partenariat signé avec l’Université Napier d’Edimbourg, plus grande université d’Ecosse. Les perspectives de collaboration sont intéressantes à plusieurs niveaux, tels qu’échanges d’étudiants et de professeurs, mais aussi modules et recherches conjoints.

Premier exemple concret, lors de la Summer University qui s’est tenue à Lausanne du 28 août au 1er septembre, la filière a accueilli 8 professeures et 12 étudiantes de Napier. Autour du thème « women-centred care : diversity of women and approach to perinatal risks », nos invitées ont partagé un programme académique et culturel avec nos étudiantes de 1ère année Bachelor. Des présentations de recherches menées dans les deux écoles, ainsi que des ateliers ont permis aux étudiantes d’analyser les pratiques dans nos deux pays, en comparant les approches des risques périnataux.

Nous avons aussi mis sur pied des activités plus récréatives, dont une visite des jardins de Lausanne en collaboration avec ça marche !, un programme du canton de Vaud et de Promotion Santé Suisse. La visite a permis aux étudiantes de découvrir la ville en travaillant sur l’activité physique des femmes enceintes. Nous avons également rencontré des sages-femmes en charge du deuil périnatal aux HUG et visité la maison de naissance Aquila à Aigle. Une visite obligée à la chocolaterie de Broc et une fondue ont fait partie du programme. Enfin, « last but not least », toutes les participantes ont brillamment relevé le défi d’une semaine entièrement anglophone ! Cette première expérience pour les deux institutions a été un vrai succès et la prochaine rencontre est d’ores et déjà prévue pour 2019 à Napier.

La collaboration avec ça marche ! est, elle aussi, un nouveau partenariat. Nous avons intégré dans le programme de formation cette initiative qui promeut l’activité physique pour améliorer la santé des femmes enceintes. Ce partenariat débouche sur des activités et des échanges très complémentaires qui permettent notamment à nos étudiantes d’être engagées dans la prévention.

Le 5 octobre, nous avons accueilli à HESAV la Journée scientifique de la filière Sage-femme qui fut aussi une réussite. Sur le thème de l’autonomie et des responsabilités des sages-femmes en milieu hospitalier, nous avons réuni plus de 200 étudiants, professionnels de terrain et de professeurs des filières Sage-femme de Genève et Lausanne.

En outre, notre collègue Yvonne Meyer, avec Raphaël Hammer, tous deux Professeurs HES ordinaires, ont obtenu un financement FNS pour leur projet de recherche intitulé « Les couples et la consommation d’alcool durant la grossesse et l’allaitement : approche socioculturelle d’un risque « ordinaire ».

En septembre a été publié le premier livre du GEPI – Groupe Interinstitutionnel d’Education et Pratique interprofessionnelles. Sous le titre « Education interprofessionnelle et pratique collaborative – le modèle de Lausanne », cet ouvrage auquel a participé la soussignée est paru aux éditions Médecine & Hygiène. Il peut être commandé dans les librairies et auprès de la Revue Médicale Suisse.

Durant cette année décidément très active, une importante délégation d’enseignantes de la filière a participé au 31e ICM Triennial Congress à Toronto. Cet événement majeur pour la profession rassemble les sages-femmes du monde entier tous les trois ans et permet de nombreux échanges.

Au niveau des étudiantes, si le nombre de places est stable, le métier confirme son attractivité, puisque nous avons reçu 112 candidatures pour les 29 places disponibles, un nombre record.