rapport-annuel-2016

Rapport annuel 2016

L’importance des savoirs infirmiers spécifiques dans le curriculum

Depuis plus d’un demi-siècle, la profession infirmière poursuit ses efforts pour s’affirmer en tant que discipline possédant son propre corpus de savoirs.

A l’occasion du symposium international « Teaching Nursing Sciences in Bachelor Programs : international Perspectives » qui s’est tenu à HESAV, les échanges ont mis en évidence la nécessité pour les étudiants de saisir et de comprendre l’importance du savoir infirmier. Seuls les savoirs spécifiques à la discipline infirmière leur permettront d’identifier, de comprendre et d’évaluer les phénomènes de soins, d’analyser et de dégager des éléments pour définir les interventions les plus adéquates et, in fine, de mesurer scientifiquement les résultats obtenus. Pour cela, il est essentiel que ces savoirs spécifiques soient disponibles, diffusés et développés entre les cliniciens, les chercheurs et les formateurs. L’enseignement de ces savoirs encourage et prépare les étudiants aux formations master et doctorales en sciences infirmières.

Les exercices proposés durant les deux premières années de formation visent à enseigner une méthode d’application de la théorie infirmière à la pratique clinique. Lors de leurs stages de formation pratique, les étudiants choisissent une théorie qui les guidera dans le cadre de leurs interventions cliniques et accompagnera leurs analyses critiques et leurs réponses aux questions de recherche posées.

En troisième année, cette théorie est le pivot du travail de bachelor. Ce dernier vise trois compétences : la réalisation d’une production scientifique proposant des recommandations pour la pratique des soins, un développement théorique issu des modèles conceptuels des sciences infirmières et une analyse méthodologique et critique des articles de référence.

Ces enseignements obtiennent d’excellentes évaluations et suscitent l’enthousiasme des étudiants. Toutefois, ceux-ci dénoncent l’écart avec la réalité du terrain constaté au cours de leurs stages. Un objectif futur sera donc d’impliquer davantage les praticiens formateurs au débat sur les savoirs infirmiers.