rapport-annuel-2012

Rapport annuel 2012

Avant-propos

Les 400 coups! Le succès exemplaire de cette semaine de célébration restera le fait saillant de cette année 2012. Les réalisations et activités de la haute école ont été mises à l’honneur, de même que son histoire et les défis auxquels elle sera confrontée dans le futur. La qualité des intervenants et la participation active des membres de l’institution et du public, sans oublier la vidéo si originale qui a fait le «buzz» sur Internet, ont contribué au succès de cet événement. C’est l’occasion pour l’Etat de Vaud et la Direction générale de l’enseignement supérieur d’adresser un grand bravo et nos sincères remerciements à cette haute école si importante à nos yeux!

On ne saurait cependant réduire l’activité de HESAV à cet anniversaire. Tant de choses y sont réalisées, de l’année propédeutique aux offres de formation continue, en passant par le Bachelor dans les différentes filières, la recherche, les prestations de service et les échanges internationaux. Son succès ne se dément pas, bien au contraire, et c’est très précieux dans le contexte actuel de pénurie de personnel soignant.

Ce travail est réalisé dans un contexte en pleine évolution. Le Conseil d’Etat a présenté récemment le projet de loi sur les hautes écoles vaudoises de type HES, lequel donne le cadre général dans lequel s’exprimeront ces institutions ces prochaines années, tout en garantissant leur autonomie. Par ailleurs, il s’est lancé dans la planification d’un «campus santé» proche du site de Dorigny, qui devrait comprendre en particulier le centre de simulation C4 tant attendu ainsi que le futur site de HESAV. Cette perspective enchantera certainement la communauté de la haute école, confrontée aujourd’hui à un véritable manque d’espace pour ses activités.

Nul doute que HESAV saura tirer le plein potentiel de ces évolutions afin de poursuivre son développement et incarner plus que jamais l’excellence vaudoise en matière de formation, de recherche et d’innovation dans les métiers de la santé.