HESAV

Recherche & Développement

Sep 08, 2015

Les p'tits déjeuners de la psy

Cristina Ferreira, sociologue, professeure associée à HESAV et Gilles Bangerter, infirmier clinicien et maître d'enseignement à HESAV proposent un débat s'intitulant: "Le suivi infirmier des "patients sous article 59": comment soigne-t-on dans le cadre d'une mesure pénale?".

Le débat se déroulera le 1er octobre 2015 de 9h00 à 12h00 à HESAV dans le bâtiment principal, salle G16. Les frais d'inscription sont de 20.- et l'inscription est obligatoire à l'adresse: cristina.ferreira@hesav.ch

Arguments
A l’occasion de la révision du Code pénal en 2007, ont été instituées des « mesures thérapeutiques institutionnelles » (art. 59) destinées aux condamnés atteints d’un grave trouble mental et qui visent à prévenir les risques de nouvelles infractions en lien avec leur pathologie. Exécutées le plus souvent en prison et plus rarement à l’hôpital psychiatrique, ces mesures peuvent se dérouler sur une période qui excède de plusieurs années la durée de la peine. Il en résulte potentiellement une confusion entre le « soin » et la « punition ». Dans ces conditions où les pratiques des soignants se trouvent arrimées à l’instance judiciaire, comment s’établissent les alliances avec les patients ? Quelles tensions peuvent survenir entre la prérogative sécuritaire et la visée thérapeutique ? Comment sont conçus les programmes de réinsertion, et plus généralement les suivis des patients, alors que la mesure peut être formellement reconduite tous les 5 ans ? Outre les singularités cliniques et les enjeux éthiques induits par ces mesures, il s’agira aussi de mieux connaître les expériences menées dans les cantons de Vaud et de Genève.

Invités
Jean-Philippe Duflon (responsable de soins) et Yoann Laperrousaz (infirmier), Service de médecine et psychiatrie pénitentiaires, Lausanne.

Loïc Debiève, Jean-Pascal Lamolinerie et Leïla Boudia (IRU), infirmiers à l’Unité des Lilas, Département de psychiatrie, Hôpitaux universitaires de Genève.