HESAV

Jun 15, 2017

Atelier scientifique du 14 juin 2017

« Le signalement du désordre et du danger »
Mises en perspective à partir des deux dispositifs : internements administratifs et privations de liberté aux fins d’assistance.

Cet atelier a été organisé dans le cadre de l’étude FNS « Protéger par la contrainte : une étude socio-historique de la privation de liberté à des fins d’assistance » dirigée par Cristina Ferreira et à laquelle collaborent : Ludovic Maugué, Sandrine Maulini et Delphine Moreau.
 
Chercheurs invités :
Christel Gumy et Matthieu Lavoyer, Commission indépendante d’experts - internements administratifs (CIE).
Discutant : Marco Cicchini, Département d’histoire moderne, Université de Genève.
 
Menées en parallèle, les recherches sur la privation de liberté à des fins d’assistance et sur les internements administratifs couvrent une longue période marquée par des pratiques de signalement qui aboutissent à des placements institutionnels.
Pour des raisons de maladie mentale, d’alcoolisme, de prostitution ou encore de conduites jugées immorales à certaines époques, des femmes et des hommes ont été internés contre leur volonté à des fins de soins et/ou de discipline.
Quels sont les faits signalés, par qui, auprès de quelles instances et avec quelles conséquences ?
Ce sont ces questions qui ont été traitées au cours de cette journée. Les exposés ont présenté des analyses en cours à partir de dépouillements d’archives dans le canton de Vaud.